Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Rédaction 12-14




« Courir de bonheur, c’est simple comme un coup de fil .»

 

Ni 12, ni 14 sonneries mais simplement 4, comme les 4 coureurs du Mellois sufisèrent hier soir pour que Momo décroche le combiné de son téléphone et réponde spontanément par l’affirmative à l’appel lancé de RVJAG et de ses compères Nico et Gégé pour recomposer l’une des équipes 12-14 Niort qui s’étaient tant amusées l’an dernier sur cette belle course qu’est le Mellois (Le 21/04 prochain).

Simple comme un coup de fil car ce dernier (Momo) qui n’avait pourtant pas chaussé ses baskets depuis plus d’un mois ne tarda pas à effectuer son retour et faire virevolter  sa chevelure au vent dans l’enceinte de RG…galvanisé sans doute par ce rendez vous désormais annoncé.

Tant de réjouissances qui annonçaient dès le change dans les vestiaires que cette séance allait être particulière… Claudy en jeune briscard senti le vent tourné (et il soufflait encore fortement ce midi dans les allées du stade) et préféra donc prendre la poudre d’escampette pour une sortie hors stade du côté de La Roussille

C’est donc notre ami Brice qui paya les frais  de cette joyeuse atmosphère !!! En effet, ce dernier en prépa pour le trail des Gendarmes et des voleurs pensait certainement en arrivant le 1er sur le parking du stade, passer un mercredi paisible, sur des 6*400M tranquille qu’il allait jaugé aux sensations, le MP3 vissé sur les oreilles…loin des troublions actuels en quête de maillot vert…

S’était sans compter sur ses compères enjoués du jour émoustillés par le retour de leur Momo qui tous sans exceptions (Jmi, Christophe H, Momo et Rvjag) emboîtèrent son pas sur la piste d’honneur après 20 à 25mns d’échauffement pour  le pousser dans ses retranchements…

Une séance de fractionné pelotonnesque qui se clôtura sous l’œil attentif de Gégé venu palper la motivation épidémique du jour. Epidémique puisque que Manue C arrivé sur le tard y alla de sa série de 10*400 sur la piste annexe pour ne pas en être en reste.

Seul Stéphane Py, certainement impressionné par la vivacité de ses coéquipiers 12-14 préféra soudoyer un zeste de fatigue ambiant pour ne pas se mesurer à des athlètes impressionnants par leur marge de progression.

Quelques tours de piste de retour au calme et il était tant de raccrocher non pas le combiné mais les chaussures…et ce jusqu’à demain midi pour les plus courageux d’entre nous !!!

Commenter cet article