Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Les 12-14 Niort

bandeau-marathon-live 

Véronique AUZANNEAU participaient le WE dernier à la 28ème édition du Marathon du Médoc avec ses collègues de travail Niortais.

logo mdm

Par son retour, nous vous proposons de vivre le 1er Médoc de Vérine. 

 

A consommer sans modération : 

 

2012 09 16 Marathon médoc VérineVérine et sa troupe en tenue de circonstance

 

                        Mon premier Médoc

Un Médoc ca commence toujours autours d’un bon repas avec des copains ou des collègues. Ca commence toujours par  «  et si cette année on se faisait le marathon du Médoc ? » Eh bien je n’ai pas échappé à la règle et c’est lors du repas de fin d’année entre collègues Mutaviens, alors que nous nous remettions juste du marathon de La Rochelle que la fameuse question a été lancé … et le début de l’aventure.

Je m’inscris donc en février en pleine convalescence suite à une opération de la jambe gauche), et  je prends quand même l’assurance annulation car le chemin est encore long jusqu’ ‘au 8 septembre… Le thème du déguisement cette année  est « l’homme à travers le temps » ? Facile !!! Nous décidons donc de nous costumer en Grec. C’est orignal.

Le gite est réservé en mars et donc… à partir de juin début de l’entrainement. Plusieurs options sont envisagées ; façon Wagneau (un verre de rouge au kilo) ou façon  Jeff ‘ «  attention le Médoc, c’est pas si facile, il ne faut pas oublier que ce parcours n’est pas plat ::: ) Je suis donc les conseils de Jeff et  décide donc d’être sérieuse et de m’entrainer pour le terminer.

1er septembre : Entrainement … pas top avec la chaleur.
 Petit coup d’œil à la météo à 8 jours. Il est prévu ???? 30° !!! Moi qui déteste la chaleur c’est foutu. En même temps un marathon début septembre il ne faut pas s’attendre à avoir – 5 !!!

Vendredi  7 septembre. Départ de Niort à 14h00. Nous sommes au final 6 coureurs de Mutavie qui vont s’ élancer sur les chemins du Médoc. 17h00 nous arrivons à Pauillac pour le retrait de nos précieux dossards. Nous recevons notre fameux  cézame et un très beau Tshirt ! C’est le début du weekend ! . Découverte du village expo, puis de notre gîte à quelques kilomètres en pleine campagne, au calme.

Vendredi soir, préparation des tenues de grecs (déguisements légers et faciles pour courir sur 42km), pasta partie au gite ; sérieux (une petite bière tout de même…) On vérifie les batteries des appareils photos ! Tout est ok , on peut aller se coucher pour rêver de Chateaux pour certains et de vin pour d’autres J

Samedi matin 7h00 déjeuner pour faire le plein d’énergie. Les gatosports et autre pain d’épices (celui des champions façon Julien Cotin bien sûr) sont de sortie.

9h00 arrivée à Pauillac, et là ……….. C’est le début du défilé des centurions, Romains, Grecs (nous sommes environ 350 millions de Grecs à Pauillac cette journée là….. dont un certain Wagneau fameux 1214 de la section 17 ), Hommes de Crau Magnon, mais aussi de supers héros (à c’était pas le thème de 2010 ???). Il y a également notre fameux Bunny (Jeff) mais je ne le verrais qu’en photos 3 jours plus tard sur le site J.

9h10, Survol de 2 avions militaires qui viennent saluer les courageux (ou inconscients)  marathoniens avant le départ . 9h15 au milieu du sas de départ se dresse un immense globe de plusieurs mètres ou sont suspendues des danseuses. Le spectacle est superbe, poétique, complètement anachronique. C’est magnifique !!!! Le départ des handisports est donné, et à 9h30 celui du reste du peloton :
 Ce sont 8500 coureurs qui s’élancent sur la route des châteaux du Médoc sous une température de déjà 25°

On fait 800m et déjà il faut s’arrêter… On goute, on goute pas ??, chacun fait comme il le veut.  Puis c’est le village de Bages . Les kilomètres s’enchainent, les châteaux aussi… on fête le passage du 21ème pour le novice du marathon, c’est maintenant l’inconnu pour lui !!!!

Nathalie, la coach Mutavienne a fait le déplacement et nous attend à l’ombre au milieu d’un parc : 10 mn d’arrêt et c’est reparti.

Tout au long du parcours ce sont dégustations (verres en plastique ou verre à pied !!! trop classe), animations et rencontres qui s’enchainent. On ne sait jamais en quelle langue on va nous répondre quand on s’adresse à un coureur, tant il y  a de nationalités représentées. Les Japonais sont en force, et très bien déguisés.

Il fait 34°. Les organisateurs ont tout prévu, des jets d’eau sont à notre disposition pour nous arroser, mais ils sont débordés par la demande en eau et finissent par nous en donner tirée directement des robinets et autres citernes. C’est toujours mieux que d’être déshydratée.

Le 38ème kilomètre arrive enfin, j’avoue que j’ai alterné depuis quelques temps marche et course. J’en ai marre ! ! Les problèmes digestifs ont fait leur apparitions depuis un bon moment …  Il fait chaud, on arrête pas de boire de l’eau, de s’arroser et on a toujours aussi chaud, et je ne peux pas gouter de vin, car il ne passe pas L  .

Je fais l’impasse sur les huitres (et surtout sur le blanc qui va avec… très bon parait il), puis c’est l’entrecôte. Au début pas très inspirée par cette viande, au final… J’en aurai redemandé :  tendre, cuite à pointe, un vrai régal.  Parfaite pour me  remettre d’aplomb, puis ce sont les raisins  … sucrés, frais … un vrai délice, et le petit rosé (le seul que j’ai vraiment apprécié), le fromage, puis les glaces.

Une petite pause au coin maquillage pour terminer la course , un arrêt à la pancarte de Pauillac et c’est l’arrivée !!! et quelle belle arrivée. Nous sommes récompensés : Sac de sport, bouteille de Médoc, médaille et rose pour les dames. Le ravitaillement d’arrivée est digne d’un banquet et la musique est encore là, et il faut danser J J.

Après une petite virée sur la plage, la douche et c’est déjà le repas du soir (kebab !  au diable le régime ce soir), le feu d’artifice, et le bal populaire…. Où… on danse et on saute.
Il faut encore de l’énergie après le marathon !

Bref, ce marathon là il est vraiment particulier. L’exploit sportif n’est pas ce qui est attendu. Je ne donnerais pas mon temps J mais le souvenir d’une journée exceptionnelle restera longtemps.

C’était mon premier marathon du Médoc… mais ce ne sera pas le dernier.



Commenter cet article